Que faut-il savoir à propos des SCPI ?


Divers /

Dans quel domaine investir ? De quelle façon s’y prendre pour réaliser de gros bénéfices ? Ce sont là des questions que se posent plusieurs personnes à cause de la pléthore de domaines d’investissement existants. L’immobilier paraît être le domaine le plus rentable, surtout avec l’investissement en SCPI. Qu’est-ce alors la SCPI et comment fonctionne-t-elle ? Des éléments de réponse dans cet article.

Comprendre ce qu’est la SCPI

La SCPI (Société Civile de Placement Immobilier) est une organisation qui s’occupe des investissements à long terme dans l’immobilier. Alors, pour en savoir plus, cliquez ici. Cette entreprise s’investit à faire des placements dans diverses structures et secteurs. Elle privilégie les bâtiments abritant des bureaux pouvant être loués. Autrement dit, elle investit dans le locatif. Et par la suite, elle fait un retour sous forme de revenu périodique à ses actionnaires selon les clauses d’investissement. Cette forme d’investissement comprend d’énormes avantages. D’ailleurs, elle existe depuis les années 60 et fait la fortune de milliers de personnes.

Mode de fonctionnement de la SCPI

La SCPI, cette structure, adopte une dynamique très bien élaborée pour permettre à tous leurs actionnaires de réaliser des gains sur leurs capitaux investis. Ainsi, au lieu que les investisseurs s’occupent des formalités d’acquisition d’un bien immobilier, c’est plutôt l’entreprise qui s’en charge. Elle évalue la rentabilité des investissements et s’oriente vers le domaine le plus sûr. Tout est à la charge de la société. De la recherche du bien immobilier aux formalités passant par les négociations, l’investisseur (actionnaire) n’a rien à faire. Pour en être actionnaire, il faut investir à partir de 1000 euros. Et, selon le type de contrat signé lors de l’achat de l’action, un versement trimestriel est fait. En plus du versement, un bien immobilier au nom de l’actionnaire est garanti. Aussi, il faut rappeler que l’actionnaire peut à tout moment procéder à la liquidation de ses parts. Et là aussi, c’est l’entreprise qui s’en occupe.